Résolution antifasciste 2017 (9 sur 9) : Sur la tactique du Front Populaire.

Dans l’esprit d’un antifascisme en deux étapes, il faut alors déterminer dans quelle étape nous sommes. Évidemment ce ne sont pas nous qui imposons le rythme d’évolution d’une étape à l’autre.

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (8 sur 9) : L’antifascisme, une étape dans la lutte des classes

Le fascisme c’est la neutralisation des éléments de révolte populaire. C’est la lutte d’une partie des classes dirigeantes les plus réactionnaires et avides de profits contre des secteurs populaires qui veulent tout changer. 

Cette neutralisation passe aujourd’hui principalement par ce qu’ Antonio Gramsci appelait une « guerre de positions ». La lutte des classes est aujourd’hui neutralisée par des tas de discours qui les font dévier de l’essentiel : la réappropriation des moyens de production et d’échange et le pouvoir populaire. 

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (7 sur 9) : Marine Le Pen, la candidate du fascisme français

Pour montrer en quoi le FN d’aujourd’hui est fasciste, il faut aller regarder du côté des particularités de l’idéologie fasciste qui se répand en Europe dans les années 1930 à la suite d’une série de bouleversements politiques depuis la fin du XIXe siècle. Il faut également centrer l’analyse sur le nationalisme en ce qu’il est une pseudo-proposition alternative et capable de mobiliser des masses de gens.

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (partie 6.a sur 9) : Macron, le candidat de l’atomisation ultra-libérale.

En tant qu’antifascistes, notre ligne d’analyse c’est le degré d’influence de chaque candidature avec le niveau de décomposition idéologique ainsi que l’impact de leurs propositions sur l’isolement social et le desespoir, principaux moteurs du fascisme en temps de crise.

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (5 sur 9) : François Fillon, une droite républicaine qui avance sur le terrain de l’extrême droite

Plongé dans des affaires judiciaires, l’acharnement de François Fillon à se maintenir comme candidat révèle bien son ancrage social : un grand bourgeois qui se pense au-dessus de tout.

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (4 sur 9) : sur le populisme, la confusion et la dédiabolisation

Le populisme est peut-être une des postures qui exprime le mieux le remplacement de la critique du capitalisme comme mode de production par la vision d’une lutte des  « petits » contre les « gros », du « peuple » contre « l’oligarchie ».

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (3 sur 9) : Sur l’aliénation culturelle

L’échos public de la gifle sur Manuel Valls par une personne antisémite et identitaire en Bretagne illustre la profondeur du fascisme culturel dans la société française, marquée par une profonde volonté de changement mais dans un style poujadiste et un contenu conservateur, voir réactionnaire.

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (2 sur 9): Sur l’abstention

Voter ou s’abstenir ? Sortons du piège !

Le problème qui se pose est complexe car quelle que soi l’attitude prônée par rapport au second tour de l’élection présidentielle, il ne peut en sortir qu’un renforcement de l’extrême droite. Pourquoi ? Car voter pour n’importe quelle personne en face de Marine Le Pen, à moyen terme c’est l’extrême droite au tournant car toutes les options alimentent le fascisme (une analyse détaillée de cela arrive par là suite).

Continuer la lecture

Share Button

Résolution antifasciste 2017 (1 sur 9) : la nature de l’élection

UNE RENCONTRE MONARCHIQUE ENTRE LE « PEUPLE » ET LE « ROI »

Depuis le début de la campagne électorale, l’extrême-droite place ses points sans trop d’erreur. On peut déjà remarquer que ses scores électoraux sont très élevés et que ses idées sont répandues dans toute la population et dans une large partie de la classe politique. Or, dans le système de la Ve République, basée sur la rencontre monarchique entre « le peuple » et un prétendant au « trône », l’élection présidentielle mobilise encore largement la population. Tout observateur remarque que si l’abstention, notamment chez les jeunes et les couches populaires, est très élevée lors des scrutins « intermédiaires », elle est beaucoup plus faible lors des présidentielles.

Continuer la lecture

Share Button