1./ Identifier et contrer le populisme.

Le populisme est peut-être une des postures qui exprime le mieux le remplacement de la critique du capitalisme comme mode de production par la vision d’une lutte des  « petits » contre les « gros », du « peuple » contre « l’oligarchie ».

Continuer la lecture

Share Button

2./ Intervenir dans la lutte des classes

Le fascisme c’est la neutralisation des éléments de révolte populaire. C’est la lutte d’une partie des classes dirigeantes les plus réactionnaires et avides de profits contre des secteurs populaires qui veulent tout changer. 

Cette neutralisation passe aujourd’hui principalement par ce qu’ Antonio Gramsci appelait une « guerre de positions ». La lutte des classes est aujourd’hui neutralisée par des tas de discours qui les font dévier de l’essentiel : la réappropriation des moyens de production et d’échange et le pouvoir populaire. 

Continuer la lecture

Share Button

3./ Appliquer la tactique du Front Populaire.

Dans l’esprit d’un antifascisme en deux étapes, il faut alors déterminer dans quelle étape nous sommes. Évidemment ce ne sont pas nous qui imposons le rythme d’évolution d’une étape à l’autre.

Continuer la lecture

Share Button

Extrait de livre : « 1934-1936 Un moment antifasciste »

 « Réitérer l’unité antifasciste

Pour ne pas être événement sans lendemains mais avènement, l’unité des gauches réalisée par la métaphore antifasciste doit se réitérer avant que de se contractualiser, plus difficilement, dans l’accord politique. Deux biais permettent cette réitération : d’une part la manifestation, et de l’autre l’effervescence des comités.

Continuer la lecture

Share Button