17 novembre : il faut passer à autre chose.

Nous avons toujours été clair : le fascisme est un mouvement populaire orienté par la bourgeoisie chauvine démagogique et nationaliste face auquel les forces progressistes doivent répondre par un Front Populaire autonome et établissant une position ferme face à l’écocide.

Continuer la lecture

Ce que représente l’élection de Jair Bolsonaro au Brésil.

Le candidat Jair Bolsonaro vient d’être élu ce dimanche 28 octobre 2018 président de la République du Brésil avec près de 55 % des suffrages exprimés. Cette prise de pouvoir de l’extrême droite s’inscrit dans le contexte général de raidissement politique des classes dirigeantes du monde entier.

Continuer la lecture

L’optimisme révolutionnaire comme identité !

La société capitaliste est remplie de violence et de mort. À l’heure du réchauffement climatique, les perspectives d’un avenir positif semblent bouchées. L’Humanité semble coincée, paralysée et condamnée à s’éteindre progressivement… Cette tendance culturelle de fond est visible au quotidien.

Continuer la lecture

Les guerres modernes au centre de l’écocide

Alors que le complexe militaro-industriel prend toujours plus de poids dans les sociétés capitalistes avancées à cause des tensions entre grandes puissances, les extraits du chapitre « Thanatocène. Puissance et écocide » issu du livre « L’événement anthropocène. La terre, l’Histoire et nous » rappelle à tous les progressistes qu’il est vital de s’opposer à la guerre dans une époque où la biosphère est ravagée.

Continuer la lecture

Une Histoire Populaire du Football : Vers un football antifasciste.

Voici un extrait du livre Une Histoire Populaire du Football écrit par Mickaël Correia, oeuvre essentielle à la mémoire de gauche dans la culture sportive populaire qu’est le football. L’extrait choisi concerne le rôle des équipes ouvrières de foot dans les années 1930 à l’édification d’un front uni contre le fascisme et la guerre dans le sport.

Histoire à mettre en raisonnance avec le coup d’envoi, ce jour, de la Coupe du monde de football masculin (FIFA) en Russie, pays impliqué, comme de nombreux états impérialistes, dans le massacre de la population Syrienne alors que le fascisme progresse à grands pas.

Continuer la lecture

Le conflit en Syrie, une poudrière mondiale

Vendredi 13 avril 2018, des frappes aériennes menées par la France, les USA et la Grande-Bretagne ont touché une base de recherche et deux sites de production supposés d’armes chimiques utilisées par le régime syrien.

Le conflit civil qui s’enlise depuis 2011 a déjà causé 500 000 morts et plus de deux millions de personnes blessées.

La France a un rôle stratégique autonome dans cette affaire et il est faux de renvoyer tout cela à une soumission à Donald Trump et des « USA ».

Continuer la lecture

Sur l’attaque meurtrière à Carcassonne et à Trèbes

Ce vendredi 23 mars une attaque terroriste dans le sud de la France, à Carcassone et Trèbes, a tué 3 personnes et en a blessé 16. Il y a là encore une profonde illustration de la montée du fascisme en France.

Bien sûr pour comprendre cela, il faut avoir la définition traditionnelle du fascisme, celle qui le voit comme un mouvement qui asphyxie toute culture et détourne toute sortie positive du capitalisme.

Continuer la lecture

Derrière le fascisme, le complexe militaro-industriel

La loi de Programmation Militaire (LPM) 2019-2025 prévoit d’atteindre la règle des 2 % du P.I.B proposé par l’OTAN consacrés à l’armée.

C’est une expression de la montée de la guerre dans un contexte de fortes tensions entre les grandes puissances.

Continuer la lecture

« Notre puissance économique et notre mode de vie » : le Bastion Social c’est l’impérialisme français

Le Bastion Social lance officiellement sa première campagne politique autour de la thématique de la « préférence nationale ». Cette campagne politique revêt une dimension stratégique précise que les progressistes doivent saisir.

Continuer la lecture

Contre la guerre !

L’armée comme « grand muette » est un mythe.

La publication, ce mercredi 8 novembre 2017, de « Servir », le livre de l’ex-chef d’état major des armées, Pierre De Villiers, est l’expression d’une tradition militaire à intervenir dans le champ politique lors des moments troublés. Cette démission exceptionnelle en juillet 2017 est le symptôme d’une tendance à la guerre dans la société.

Continuer la lecture