Loic Hervé au secours de Jean-Vincent Placé ou l’illustration des valeurs des dominants

Nous parlons régulièrement de ce qu’est la bourgeoisie et du fait que cette classe sociale ne peut plus rien apporter de positif à la société et donc de la nécessité de la dépasser. L’attitude de Loïc Hervé (sénateur de Haute-Savoie et maire de la ville de Marnaz) prouve que cette réalité est portée par des personnes locales…

Dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 avril 2018, Jean-Vincent Placé, sénateur et ancien secrétaire d’état sortait avec ses amis sénateurs, dont Loïc Hervé dans une boite de nuit parisienne.

Jean-Vincent Placé s’est « emporté » lorsqu’une femme de 21 ans refuse d’être payée pour une danse privée pour lui ses amis. Insulter une femme car elle refuse des « avances » relève de l’agression sexiste, c’est considérer qu’elle doit être un objet passif dont on n’a que faire du consentement.

Jean-Vincent Placé, ancien secrétaire d’Etat et dirigeant de l’Union des Démocrates et Ecologistes…

L’épisode de scandale alcoolique dans la boîte s’est poursuivi avec des injures racistes contre le vigile d’origine africaine, qui avait saisi la gravité de la situation et l’emmenait vers la sortie.

Comme souvent, il est quasiment impossible de faire obtempérer un homme ivre avec une telle position sociale et l’ego masculin qui va avec. L’intervention de la police a été nécessaire, s’ensuivant d’une garde à vue.

C’est à ce moment qu’intervient Loïc Hervé, sénateur de Haute Savoie, cas qui nous intéresse donc tout particulièrement. Face à un tel déchaînement de sexisme et de racisme, Loïc Hervé ne pouvait pas rester silencieux.

Il est allé de sa propre initiative au commissariat en tant que témoin pour soutenir son ami Jean-Vincent Placé. C’est une magnifique illustration de ce que signifie la solidarité de classe couplée à la solidarité masculine. Loïc Hervé relativise en disant « c’est un incident comme il en arrive tous les soirs à Paris ».

Loïc Hervé, un petit notable local représentant de la Haute-Savoie au Sénat…

Certainement oui, ce sont des actes banals dans les lieux festifs, et particulièrement dans les lieux de divertissement capitaliste où des hommes croient pouvoir tout acheter, où toute valeur morale disparaît face à la supériorité sociale et culturelle.

Mais justement, en tant qu’antifascistes nous ne voulons plus d’une telle société où le respect s’efface face à la supériorité sociale, où tout « s’achète et tout se vend »pour les personnes dominantes…Nous ne voulons pas laisser ces actes comme des « choses normales ».

Il est utile de préciser que Jean-Vincent Placé est le dirigeant de « l’Union démocrate et écologistes » revendiquant être « une force écologiste, réformatrice, de centre gauche ».

Nous considérons que l’écologie est l’enjeux principal dans une société qui est minée par l’exploitation économique, par le racisme et le sexisme. Comment prétendre protéger la planète alors qu’on a une vie quotidienne sans rupture avec cette même société pourrie ?

Notre émancipation se veut digne dans une période difficile et il est certain qu’elle ne passera pas par des bourgeois vulgaires aux valeurs décadentes.