Chambéry : Retour sur la mobilisation contre le Bastion Social

Ce Samedi 3 février 2018, plus de 600 personnes ont défilé dans les rues de Chambéry contre l’inauguration d’un local néonazi affilié au mouvement Bastion Social. Une centaine de fascistes se sont quant à eux réunis à 14h au pub « Le Charly’s » avant de rejoindre leur local en fin d’après-midi.

Nous sommes satisfaites et satisfaits de cette mobilisation antifasciste. Une manifestation de 600 progressistes dans les rues d’une ville moyenne (60 000 habitantEs) est un bon début pour une campagne antifasciste, à la fois contre ce local mais aussi plus généralement contre le fascisme.

Inauguration au « Charly’s », bar allié des néonazis (371 Rue de la République – Chambéry)

Contrairement à ce qu’affirmait le maire de droite, Michel Dantin, aucun rendez-vous entre « les extrêmes » n’étaient à l’ordre du jour. Il faut vraiment être stupide et méconnaitre l’Histoire pour affirmer que la lutte antifasciste est une histoire de combat de type « hooligans ».  Il faut se penser comme un « arbitre » méprisant la population locale pour dire cela !

D’ailleurs une partie de la population locale s’est emparé de cette manifestation, notamment lors du passage devant le « Charly’s » où des personnes scandalisées de la présence de néonazis dans leur ville ont rejoins le cortège. Preuve que la population est sensible et prouvera à l’avenir sa détermination à rejeter ce groupe néofasciste.

La première des manches est donc remportée : la force numérique était de notre côté, pas de celui des fascistes. Mais il faut être prudent car gagner une manche, ce n’est pas gagner la bataille. 

Si les fascistes n’ont pas la force numérique, ils ont la force idéologique et culturelle tout autant que la capacité de se fédérer au moment où la situation et leur chefs, les bourgeois réactionnaires, leur demande.

Dès l’annonce de l’ouverture d’un Bastion Social Chambéry, nous affirmions que ce nouveau mouvement était une « proposition stratégique dans le contexte de recomposition de l’extrême droite en général ».

Cette hypothèse n’en est plus une puisque c’est une certitude vérifiée en pratique.

En effet, c’est bien évidemment toute la fine fleur néonazie régionale qui était présente puisque s’en suivait aussi un concert de « Black Métal NéoNazi » (NSBM) à 40 kilomètres de Chambéry, autour de Pont-de-Beauvoisin. Mais ce sont aussi et surtout deux élus Front National d’Annecy, monsieur Olivier Burlats et monsieur Jeremy Vallon, qui ont également participé à cet événement.

Olivier Burlats a pris soin de filmer toute sa participation à ce rassemblement néofasciste, en diffusant une vidéo sur sa chaine dailymotion « TV Semnoz ». Nous avons sélectionné des passages de cette vidéo et vous en fournissons un décryptage :

Les fascistes qui ont l’hégémonie culturelle surfent ainsi sur la nature d’institutions libérales et laxistes (soucieuses du droit à la propriété privée). C’est là d’ailleurs que le Parti Socialiste de Savoie se trompe lorsqu’il écrit dans son communiqué de presse que des « locaux de même nature ont été fermés à Strasbourg ou Lille ». Ni la « Citadelle » de Lille, ni l’ « Arcadia » à Strasbourg ne sont fermés car ce n’est pas une motion d’un conseil municipal qui peut cela mais bien une pression intense, diverse et variée, de la population…

Cortège fasciste avec au premier plan, Steven Bissuel, président de Bastion Social

Lorsque l’on voit une centaine de membres et de soutiens de Bastion Social défiler en plein centre ville, du Bar populaire et étudiant « Le Charly’s » (371, Rue de la République) à leur local (171, avenue de Lyon), on ne peut que constater le pourrissement de la société républicaine.

Que dire des slogans nationalistes aggressifs issus du GUD (« Europe, jeunesse, Révolution ») scandés en pleine après-midi dans les rues de Chambéry ? Que dire d’un élu F.N d’Annecy pouvant crier « Faurisson à raison » (principale figure négationniste de France) ?

La loi Gayssot (1990) ne permet-elle pas de sanctionner « ceux qui auront contesté  l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 » ?

Est-ce cette « liberté d’expression » qu’ont defendu les 20 000 chambériennes et chambériens mobiliséEs il y a trois ans (janvier 2015) après l’attaque antisémite de l’hypercasher à Vincennes, faisant 5 morts et 9 blesséEs ?

Nous ne le pensons pas et c’est pour cela qu’il est grand temps que le peuple savoyard s’autonomise et combatte par tous les moyens les fascistes !

Contre le fascisme, offensive métissée et populaire !

Que 1 000 fleurs éclosent CONTRE le local fasciste de Chambéry !

 

 

Laisser un commentaire