Ce sont les personnes juives qu’il faut défendre !

L’affaire du tweet antisémite de Gérard Filoche et les 8 000 spectateurs de Dieudonné à Marseille révèle l’absence de critique de l’antisémitisme dans le camp antifasciste.

Nous sommes effaréEs de voir que de nombreuses organisations s’empressent de « sauver » Gérard Filoche qui serait la cible de « manipulations » politiciennes.

Mais faut-il défendre un pauvre dirigeant bureaucrate militant dans un Parti qui a renié tout héritage gauche ou bien défendre, coûte que coûte, les personnes juives ?

Tag antisémite sur un coiffeur à Bourgoin-Jallieu (Isère) en 2014

Il est évident que c’est du côté de l’extrême droite nationaliste, notamment la tendance portée par Alain Soral, et de l’obscurantisme, que l’antisémitisme le plus violent se développe à grand pas.

C’est là le rôle des réactionnaires et comme il est dit souvent « on ne discute pas avec l’extrême droite, on la combat ». Mais s’il y a une banalisation de l’antisémitisme à gauche alors il faut en parler sans « noyer le poisson » !

Nous n’attendons rien de l’extrême droite car elle est notre ennemi. A l’inverse, nous attendons tout de la gauche, car c’est à elle de porter la responsabilité de la défense des personnes opprimées.

Pour nous, antifascistes, il est clair qu’un tweet antisémite d’un haut dirigeant de la gauche historique doit être critiqué et dénoncé car il laisse une porte ouverte pour l’antisémitisme dans une période où ce camp n’a précisément pas le droit à l’erreur.

Tag antisémite à Evreux en 2015

Devons-nous rappeler que « 51 % des actes racistes commis en France en 2014 sont dirigés contre les Juifs alors que Les juifs représentent un peu moins de 1 % de la population française » (SPCJ) ?

Tout personne qui connaît l’histoire de l’antisémitisme sait que ce courant ne peut se réduire à la simple théorie du « bouc-émissaire ».

L’antisémitisme se déchaîne toujours en période de crise du capitalisme car il est un paratonnerre pour la bourgeoisie.

Il ne faut pas confondre la judéophobie et l’antisémitisme. Le tweet de Gérard Filoche ce n’est pas la « haine des juifs » mais bien une caricature laissant penser que le monde actuel est dirigé par les personnes juives.

C’est cela l’antisémitisme moderne.

Une caricature antisémite au début du XXe siècle

Dans l’antisémitisme, il y a l’activation des préjugés anti-judaïques issus de l’oppression par le christianisme : les juifs, parqués dans des ghettos et exclus de tas d’emplois, ont été contraints aux emplois liés au commerce.

Mais l’antisémitisme dépasse l’anti-judaïsme car avec l’avènement du capitalisme et de l’économie de marché, la vie est dominée par une abstraction qu’on nomme l’ « argent ».

L’antisémitisme devient alors une vision qui combine les préjugés anti-judaïques avec une volonté de révolte contre un capitalisme compris malheuresement comme un règne de l’ « argent-roi ». C’est comme cela que les personnes juives deviennent ensuite une cible de la colère populaire car elles sont vues comme l’ « incarnation » de ses malheurs.

Le tweet de Gérard Filoche est à condamner sans ambiguïté car il banalise précisément toute cette vision du monde. Les personnes juvies organiseraient un prétendu chaos pour renforcer l’ « argent-roi » (symbolisé par le brassard nazi avec un dollar).

Pour nous, au contraire, nos vies sont dominées par la « marchandise » car l’argent n’est qu’un moyen pour acquérir justement des moyens de vivre (logement, nourriture, culture, etc.). Mais pour avoir ces moyens de vivre, il faut se faire exploiter dans le travail salarié. Le capitalisme c’est donc « propriété privée + marchandise ».

Le marxisme, base de toute critique rationnelle du capitalisme

Toute démarche qui veut renverser le capitalisme mais qui dévie de cette analyse rationnelle ouvre une porte à l’antisémitisme moderne.

Le « pédigree » « antiraciste » d’un individu ne suffit pas à se prémunir de telle porosité.

Rappelons-nous que nombreux courants issus de la gauche de la Commune de 1871 sombrent dans le boulangisme puis l’antisémitisme.

Rappelons-nous d’un syndicaliste comme Georges Sorel qui du syndicalisme-révolutionnaire finit ensuite dans le fascisme, étant une des principales sources d’insipration de Benito Mussolini !

Rappelons-nous du fervent communiste des années 1920, Jacques Doriot, qui deviendra antisémite et fasciste après 1936.

En période de tensions sociales et économiques, on ne joue pas avec les mots, ni avec les images, d’autant plus si l’on est un haut responsable de gauche.

Oui, par un tel tweet, Gérard Filoche a propagé une « culture » antisémite ! Nous lui souhaitons bon vent car cette erreur est impardonnable pour une personne de gauche !

Combattons l’antisémitisme, d’où qu’il vienne !

Pour la défense inconditionnelle des oppriméEs !

Share Button

3 réflexions au sujet de « Ce sont les personnes juives qu’il faut défendre ! »

  1. Une précision : Georges Sorel n’a jamais été syndicaliste, il n’était même plus salarié au moment de la création de la Cgt. Il n’a d’ailleurs eu aucune influence sur la pratique syndicaliste révolutionnaire en France.

    • Ce que nous souhaitions rappeler c’est que Georges Sorel, figure de proue du « syndicalisme révolutionnaire » et critique du « progrès », est issue d’une tradition de gauche. Le fait qu’il ait été lié, au moins idéologiquement, au mouvement ouvrier et à la gauche n’a pas empêché qu’il soit une source d’inspiration pour le fascisme italien et qu’il soit lui-même antisémite.
      « Être de gauche », « Être dans la défense des ouvriers » n’est donc pas une condition suffisante face au fascisme, et principalement face à l’antisémitisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *