Sur Pierre Rabhi (2) : une pensée dangereuse liée à l’anthroposophie

La « pensée Rabhi », tournée vers le passé idéal de la petite communauté paysanne, adopte des élements spirituels en lien avec ce passé. Dans les communautés agricoles avant le capitalisme, la vie quotidienne était régulée par des aléas climatiques et naturelles difficiles à « contrôler ».

C’est pourquoi la religion, en tant qu’interprétation des complexités du quotidien, est toujours venue « combler ce vide ». Mais c’est dans une autre philosophie que Pierre Rabhi va renouveler cette approche mystique.

C’est dans l’ « anthroposophie » qu’il trouve une source d’inspiration spirituelle :

La méthode d’agriculture dite biodynamique de l’anthroposophe autrichien Rudolf Steiner me semble apte à répondre à l’exigence de globalité. Elle éveille la conscience à la notion de subtilité, comme le fait l’homéopathie dans le domaine des substances. » Du Sahara aux Cévennes : itinéraire d’un homme au service de la Terre-Mère, 2002

La mise en avant de la « biodynamie » comme pratique agricole (et de vie en générale) est directement liée à la philosophie anthroposophe, comme on peut le constater sur le site du Mouvement d’Agriculture Biodynamique :

Rudolf Steiner mis en avant sur le site consacré à la biodynamique.

La biodynamie consiste principalement dans la croyance de forces cosmiques qui influenceraient la croissance des plantes. Bien évidemment, cela nie que la croissance des plantes est fondée sur une dynamique cohérente, que l’on peut expliquer scientifiquement.

Il est évident que la démarche « biodynamique » n’a aucune base scientifique mais se fonde sur une approche mystique. Pour cette philosophie, la Nature est par essence parfaite et les perturbations et dysfonctionnements sont liées à des « énergies obscures » qui lui sont extérieures.

C’est ce que dit Pierre Rabhi dans Manifeste pour la Terre et l’Humanisme (2008) :

« il s’agit d’une arborescence sensible, interconnectée et indivisible. Certaines pathologies seraient dues au dysfonctionnement de l’énergie harmonisante »

Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie

Rudolf Steiner a développé une vision biologique de l’Humanité en lien direct avec la culture « scientifique » du XIXe siècle de tout « vouloir classifier ». Mais cette volonté de tout « classifier » a aboutit à une classification biologique des races, au  racisme historique !

Rudolf Steiner a-t-il échappé à cela ? En pleine boucherie de la première guerre Mondiale, Rudolf Steiner écrit dans La mission de l’Humanité blanche (1915) que :

« L’humanité blanche est sur la voie d’absorber l’esprit de plus en plus profondément dans sa propre essence corporelle. L’humanité jaune est en train de faire perdurer l’époque où l’esprit était maintenu à l’écart du corps, où l’esprit était seulement recherché à l’extérieur de l’organisation corporelle. C’est pourquoi, dans de nombreuses régions, il devra se produire de violentes batailles entre l’humanité blanche et l’humanité de couleur. Les préparatifs de ces batailles entre l’humanité blanche et l’humanité de couleur occupera l’histoire du monde jusqu’à ce qu’elles aient effectivement lieu »

Cela est peut étonant du fait que le nazisme et l’anthroposophie naissent dans la même période de la mode Völkisch, basée sur une exaltation romantique et germaniste. Rudolf Steiner déclare ainsi dans la fin de son autobiographie : « j’ai pris alors une part active à la lutte que les Allemands ont exercée par la suite au nom de leur existence nationale » (Verite Steiner)

Il est donc peu étonnant que de nombreux anthroposophes, disciples de Steiner, aient entretenu des liens avec une partie de l’inteligentsia nazie.

Une affiche de propagande nazie avec le slogan « Sang et sol » (Blut und Boden).

Richard Walther Darré, ministre de l’Agriculture et de l’alimentation du régime nazi de 1933 à 1942, s’est par-exemple inspiré des principes de « biodynamie », avant d’être écarté par le pouvoir nazi.

L’ « enracinement » et le « retour à la terre » entremêlés de la philosophie anthroposophe amène Pierre Rabhi à des proximités idéologiques plus que douteuses…

D’ailleurs ces liens ne sont malheureusement pas qu’idéologiques mais bien politiques et concrets. En effet, Pierre Rabhi est régulièrement invité par les « écoles Waldorf-Steiner », aujourd’hui très décriées pour leurs méthodes et le contenu sectaire de leurs enseignements.

Comme le rappelle le collectif « Les Enragés », le mouvement politique des Colibris est également financé par la « NEF », banque faisant la promotion de l’anthroposophie, comme on peut le voir dans la description de cette banque…

Au-delà du refus de la rationnalité, c’est bien une vision « organique » de l’être humain qui fait de la pensée Rabhi un courant politique conservateur et obscurantiste. Que ce soit la « nation » ou la « terre », il y a dans les deux cas une vision d’une « communauté biologique » qu’il faudrait défendre contre « le monde moderne ».

la « prédation » ou la vision d’une cimmunauté agressée par l’extérieur…

Les nationalistes prennent la « Nation » agressée par « les mondialistes » et les « islamistes », les intégristes utilisent la « communauté de foi » agressée par les « infidèles » et les « mécréants » et les pseudos-écologistes utilisent la « communauté de la Terre » agressée par la « Raison » et la « Modernité ».

Cela explique pourquoi Pierre Rabhi, fondée sur cette mystique et ce romantisme nauséabond, est cité par le rapport 2013-2014 du Mouvement Interministériel de Vigilance et de Luttes Contre les Dérives Sectaires pour sa participation à un congrès de « Quantique Planète » avec des thématiques mystiques comme « les tusmutations biologiques » ou « l’énergie de résonnance »

La communauté doit être « protégée » d’une  « agression » extérieure : voilà ce qui sous-tend toutes les visions régressives du développement de l’Humanité.

Pour nous, l’ « identité » de gauche ce n’est pas une vague communauté mais la classe ouvrière. Cette classe sociale, au coeur de la production, est la seule à pouvoir fonder une nouvelle société collective et solidaire !

Share Button

Une réflexion au sujet de « Sur Pierre Rabhi (2) : une pensée dangereuse liée à l’anthroposophie »

  1. Il y des phénomènes très scientifiquement explicables dans l’agriculture biodynamique, il serait dommage de jeter le bébé avec l’eau du bain et certaines horreurs écrites par Steiner comme votre extrait.
    Par exemple comment pourrait t’on prétendre que la position de la lune (et des autres planètes) par rapport à la terre, arrive à créer les marées, c’est à dire à élever le niveau des océans de parfois 10 m, et n’aurait aucune influence sur les animaux et les plantes ?
    Steiner a apporté sa contribution importante à l’étude de ces phénomènes. En tenir compte (des phénomènes de cet ordre) dans ses pratiques ouvre un champ d’expérience passionnant et infini, qui n’oblige pas à adhérer aux idéologies réactionnaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *